La « Maladie » du siècle : la Crise de la Trentaine


Il y’a une « maladie » contagieuse qui rode en ce moment parmi nous : la crise de la trentaine.
A l’instar de la crise d’adolescence c’est un passage obligé dans la vie. Enfin, il paraît. Vous me direz que ce n’est pas nouveau et que cette « maladie » existe depuis la nuit des temps. En fait il y’a quelques dizaines d’années encore on parlait plus de la crise de la quarantaine surtout pour les hommes et de la crise de la trentaine pour les femmes.

Pour les femmes c’est plus une histoire d’horloge biologique qui nous travaille les méninges et qui nous fait remettre en question toute notre vie. « Je vais avoir trente ans, je ne suis pas mariée et je n’ai pas d’enfant » « je vais crever toute seule.. » «  Il me reste grosso modo 10ans pour faire ma vie et je n’ai plus la fraicheur de mes 20ans ».

Cette horloge biologique est instinctive et elle nous pousse dès le plus jeune âge à planifier toute notre vie en fonction de celle-ci: « si je veux avoir un bébé à 30ans ça veut dire que je dois me marier à 28, ça veut dire que je dois avoir vécu au moins 3ans avec lui auparavant (donc 25ans), ça veut dire qu’il faut que je l’aie rencontré 1an encore avant (donc 24ans).. ça veut dire que je dois… ah bah merde j’ai déjà 27ans… j’ai 3ans de retard sur mon planning bordel !»







Les hommes, de leurs cotés, n’ont pas ce problème d’horloge biologique ou de Deadline et, comme je le disais, il y’a encore peu, ils faisaient leur crise, d’avantage, à l’approche de la quarantaine, quand la bedaine commence à pointer et que les tempes grisonnantes font leur apparition.
Il semble, cependant, que ces dernières années les hommes ont ajusté l’heure de leur crise à celle des femmes. Trente ans. Parfois ils nous devancent même et font leurs crises en anticipé, à partir de 25 ans pour certain.

Du haut des mes 26-presque-27ans j’ai déjà rencontré et fréquenté l’un d’entre eux pendant plusieurs années. Et bien sûr, crise oblige, notre couple a volé en éclats. Moi qui pensais être un cas isolé (pour ne pas dire désespéré), je m’aperçois que pas mal de mes amies et connaissances sont confrontées à ce genre de spécimen. C’est donc contagieux et ça se propage !

Grâce à ces nombreux témoignages j’ai pu établir un profil type de ces hommes « contaminés » : 
La plupart d’entre eux ont donc passé les 25ans, ont fait de longues études et/ou ont une bonne situation financière (du moins stable) et un avenir prometteur. Des envies et des projets plein la tête, ils s’aperçoivent que le temps de la vie adulte est venu et qu’ils doivent prendre des décisions importantes. N’ayant aucun mal à s’investir corps et âmes dans des projets professionnels, ils refusent de s’investir dans la vie de couple ou bien ils se sont investis mais le regrettent.
Souvent ce sont des garçons charmants mais leur physique, bien que loin d’être repoussant, ne leur a pas permis de multiplier les conquêtes comme ils le voulaient. Tombés amoureux trop jeune de la « femme parfaite », ils n’ont pas assez profité de la vie (sous entendu « je veux me faire un max de nanas avant d’être vieux »). Ils ont peur de s’engager mais n’osent pas la quitter pour autant. Alors ils font le nécessaire pour se faire plaquer, en la trompant ou en l’ignorant.
Ils diront, tous, qu’elle était trop bien pour eux, qu’ils ne la méritaient pas mais qu’ils ont une quête personnelle à accomplir avant que le tic tac de l’horloge ne sonne les trente ans. Et cette quête vaut tous les sacrifices.
Il s'agit là d'un profil type, comme je le disais plus haut, et il peut donc y avoir des variantes ^^

Les femmes ne sont pas en reste. Je vis moi même cette fameuse crise de la trentaine en anticipé ; j’ai plaqué mon mec, phobique de l’engagement, lui même en pleine crise, et j’ai plaqué mon boulot par la même occasion. Deux choses avec lesquelles je ne voyais plus d’avenir possibleMais ce n'est pas le besoin d'aventure et de liberté qui a motivé ma crise, c'est juste cette sensation d'être dans un labyrinthe infini de frustration sans aucune issus. Il y'avait pourtant une issu mais je refusais de la voir. Je suis à présent une Bridget Jones en herbe! Une « heureuse » chômeuse célibataire et les compteurs sont remis à zéro avec, ENFIN, de nouvelles perspectives.

Les hommes et les femmes vivent donc la même crise de la trentaine mais elle nous pousse visiblement dans des directions opposées. Alors que notre horloge, à nous les femmes, nous pousse vers les engagements et la vie de couple, la leur les pousse vers la Liberté.

Comment s’entendre alors ?

Parfois la crise peut être passagère et un simple « break » peut suffire à nous remettre les idées en place.
Mais souvent il faut tourner la page et passer à autre chose en se disant qu’ils regretteront plus tard, quand ils auront eu leur quota de femmes (ou pas) et qu’ils seront toujours aussi seuls, à quarante ans, assis au bar d’un pub miteux… OUPS je m’égare un peu là.

Peut être la solution serait, pour nous les femmes à l’approche de la trentaine, de fréquenter des hommes plus vieux ayant déjà passé ce stade et pour les hommes de fréquenter des femmes plus jeunes qui n’en demande pas tant.

Je vais quand même nuancer mon propos car il est vrai que du fait de notre génération où le comportement des femmes tend à ressembler de plus en plus à celui des hommes, il n'est pas rare, de nos jours, de voir des femmes prendre bagages aux alentours de la trentaine, abandonnant les projets enfant, mariage et tout le package en rêvant d'aventures et de liberté. De même qu'il y'a aussi des hommes que l'engagement ne rebute pas forcément.

Quoiqu'il en soit, il reste difficile de raisonner quelqu'un en pleine crise existentielle. Persuadé d'être incompris il/elle se braquera à chaque tentative. La crise est là et elle résulte forcément d'un malaise dans le couple. Il/elle n'est pas heureux, ou du moins pas pleinement. Il manque quelque chose à son épanouissement personnelle. Il n'y a malheureusement pas de solution miracle, faut espérer que ça passe sans faire trop de dégâts.

Fort heureusement, je constate que quelques couples sont épargnés et ils tiennent bon malgré les années qui passent et les rides qui commencent à se dessiner aux coins des yeux. Ils semblent immunisés contre cette « maladie » contagieuse.

Un jour, peut-être, nous aurons la chance de percer le mystère et nous découvrirons leur secret ! (Avant trente ans si possible !)



8 commentaires

  1. Salut Margot, tu es si jeune et pourtant si mature dans tes écris... Je suis justement en pleine crise de la trentaine! Je me suis séparée de mon ami qui avait peur de construire notre histoire... Qui voulait encore découvrir la vie comme il disait.. Petites questions: tu es restée long tops avec ton ex,? Il t a trompe?

    RépondreSupprimer
  2. Salut anonyme! je suis vraiment heureuse si mes écris ont pu t'intéressé!
    Avec mon ex copain nous sommes resté 4ans ensemble. il ne m'a pas trompé (du moins que je sache) mais nous nous sommes séparé exactement pour les même raison que toi et ton ami. Il voulait vivre et s'amuser avant de vieillir et de construire quelque chose avec une femme.
    C'est jamais facile surtout quand on aime, mais voilà plusieurs mois que nous sommes séparé et je sais, à présent, que c'était une bonne chose. S'ils n'ont pas assez vécu qu'ils vivent! Nous méritons toutes un homme qui nous aime plus que tout et qui sera prêt à renoncer à ces futilités par amour. Celui qui préfère sacrifier un véritable amour pour des aventures sans lendemain ne mérite pas notre considération.
    En tout cas merci beaucoup pour ton commentaire. A ton service! ;)

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour, je suis une femme de trente ans apparemment en crise version homme mâle d'après ton texte légèrement (complètement) orienté, réducteur et peu objectif.

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour, je suis un homme qui souffre de la crise de la trentaine de son amie et je ne l'ai pas trompée, ni fait penser que je souhaitais "vivre" de nouvelles aventures. J'ai simplement trop tardé à lui donner des preuves tangibles de mon amour pourtant sincère (mariage, déménagement et enfants) car j'étais trop occupé à construire ma carrière. Ton texte est certes bien écris mais réducteur, tu n'as pas toutes les pièces du puzzle, toutes les facettes de la Vérité, ni la science infuse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir!

      Alors pour commencer cher lecteur et lectrice mécontent, je n'ai jamais prétendu avoir la science infuse, je ne suis qu'une petite blogueuse qui partage son expérience et son point de vue.. Malgré tout je pense que toute critique reste constructive! :) Il est vrai que je fais des généralités et ça peut sembler réducteur mais c'est juste pour faire apparaitre des tendances.

      Bien évidemment il y'a des variantes, certaines femmes vivent une crise de la trentaine à l'image de celle des hommes, avec un besoin de tout envoyer promener, un besoin d'aventure, de changer d'air... de même que certains hommes pourront vivre une crise de la trentaine comme celle des femmes, souhaitant avancer, fonder une famille etc...

      Dans chaque couple il y'a des hauts et des bas et le couple peut survivre à la crise de la trentaine, ça n'est pas une fatalité. C'est pas facile car il y'a plein de facteurs mais si vous aimer votre femme comme vous le dites rien est perdu. Ne dit on pas: quand il y'a de l'amour il y'a de l'espoir.

      Avec tout mon soutient.

      Supprimer
  5. Merci pour ton texte, agréable à lire sur le fond comme sur la forme. Je me reconnais bien dans certains passages! Une bientôt trentenaire

    RépondreSupprimer
  6. Merci pour ce petit texte efficace et clair. Je suis inquiète car je reconnais bien là mon homme bientôt trentenaire, qui questionne beaucoup son mode de vie et fait le bilan de notre relation de presque 7 ans. (Et oui, ça fait beaucoup de crises d'un coup) Il n'est sûr que d'une chose c'est m'aimer, mais il se demande si on est réellement faits l'un pour l'autre. Il perd de vue les évidences et le naturel sur lesquels notre couple s'est fondé. Je ne sais que faire pour l'aider. Dois-je simplement attendre ? Sachant qu'en plus nous sommes à distance cette année.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir,

      Et tout d'abord merci pour ton commentaire. Pour ce qui te concerne et encore une fois je ne suis pas une pro en la matière mais je pense qu'attendre que ça passe n'est pas forcécement la bonne solution.
      Il faut agir mais ça doit être subtile car il ne faut surtout pas qu'en plus de toutes ses interrogations sur sa vie, il se sente sous pression, car ça peut le pousser dans la mauvaise direction donc oui il faut s'armer de patience tout en lui prouvant par des actes que vous êtes fait l'un pour l'autre. Parfois il suffit de le surprendre afin de raviver la flamme. Des fois ça peut être des choses simple; changer de coiffure, de couleur de cheveux ou de style vestimentaire peut suffir à attiser cette flamme. Il faut lui montrer et lui rappeler pourquoi il t'aime et pourquoi vous tenez bon depuis 7ans maintenant. Avec des souvenir, peut être sortir à nouveau dans des endroits symboliques de votre histoire ou bien au contraire faire des choses originales que vous n'avez jamais tenté jusqu'à présent.

      Souvent on parle du cap fatidique des 7ans d'ailleurs. Et c'est vrai que la distance ne doit pas aider et ça doit vous perturber tous les deux. L'important est de ne surtout pas rompre la communication qui est un des éliment moteur dans le couple.

      Bon je ne sais pas si ma réponse à pu te donner quelques idées pour "sauver" ton couple, en tout cas je l'espère et je souhaite que tout s'arrange et que tu redeviennes sereine.
      À bientot!
      PinkTograM

      Supprimer